Facebook modifie les standards de la communauté pour écarter tous les stéréotypes discriminatoires

Les photos et les vidéos du Père Fouettard pourront désormais être supprimées de Facebook et Instagram après notification

Aujourd’hui Facebook introduit dans le monde entier, après un processus de neuf mois, une nouvelle règle permettant de signaler et de supprimer tout stéréotype discriminatoire de Facebook et d’Instagram. Cette norme concerne les « black faces » ainsi que certains stéréotypes antisémites préjudiciables. Cette nouvelle règle s’inscrit dans le cadre des standards de la communauté et elle permettra de signaler toute photo et vidéo de nature stéréotype et discriminatoire de ces stéréotypes discriminants, comme celles représentant par exemple le Père Fouettard portant des caractéristiques de « blackface », en vue de leur suppression.

Une plateforme pour tous 

Facebook compte plus de trois milliards d’utilisateurs à travers le monde qui utilisent des produits de Facebook. Ils y partagent tous les jours leurs joies, leurs peines et leurs histoires. Il incombe dès lors à Facebook de veiller à ce que tous ces utilisateurs s’y sentent en sécurité et les bienvenus. Ainsi que libres d’y faire entendre leur voix. Dans cette logique, Facebook n’accepte pas que certains de ses utilisateurs fassent l’objet de discrimination fondée notamment sur leur race, leur orientation sexuelle, leurs convictions religieuses, leur ethnie, leur sexe ou leur maladie. Ce type d’attitude pourrait effectivement empêcher les groupes vulnérables de faire entendre leur voix. La discrimination en ligne peut aussi avoir des conséquences dans la vie réelle. Facebook a donc édicté des règles claires pour tous ses utilisateurs : les standards de la communauté. Ces règles sont applicables à tous les utilisateurs et expliquent ce qui est autorisé et ce qui ne l’est pas sur les plateformes de Facebook. Ces standards évoluent et sont modifiés régulièrement. 

Après un processus de neuf mois, Facebook ajoute aujourd’hui une nouvelle règle à ses standards de la communauté permettant de signaler et de supprimer tout stéréotype discriminatoire tel que les « black faces » ainsi que certains stéréotypes antisémites préjudiciables comme les affirmations selon lesquelles les juifs dirigent le monde ou  jouent un rôle essentiel dans des institutions importantes dans le monde entier. Ces stéréotypes sont discriminatoires et blessants, car ils font en sorte que les personnes ne se sentent pas en sécurité dans le domaine publique et peuvent décourager la participation. 

Les stéréotypes juifs sont ainsi utilisés pour alimenter l'antisémitisme. Et les "black faces" font partie dans le monde entier d'une histoire continue de déshumanisation et de déni des droits civils. Dans le cadre de la nouvelle politique, les images et les vidéos peuvent être supprimées lorsque du maquillage ou du grimage noir a été utilisé pour assombrir la couleur du visage, ainsi que d'autres éléments stéréotypés tels qu'une perruque avec des boucles ou de grandes lèvres.

Les Pays-Bas et la Belgique

Dans les pays qui célèbrent la Saint-Nicolas comme la Belgique et les Pays-Bas, cela signifie que les photos et les vidéos du Père Fouettard avec des caractéristiques stéréotypées et discriminatoires, pourront désormais être supprimées après notification. Il s'agit d'images dans lesquelles du maquillage noir ou d'autres dispositifs ont clairement été utilisés pour assombrir la couleur du visage, ainsi que d'autres traits stéréotypés tels qu'une perruque avec des boucles ou de grandes lèvres. Un Père Fouettard sans caractéristiques des « black faces », comme le « Schoorsteenpiet » aux Pays-Bas et en Flandre, est autorisé. Facebook estime inacceptable que certains utilisateurs fassent l’objet de discrimination ou ne se sentent plus en sécurité à cause de certains messages. La Saint-Nicolas est une fête pour tous. Facebook reste en contact étroit avec toutes les parties impliquées pour que ses plateformes soient et demeurent accueillantes pour tous.

Comment cette nouvelle politique a-t elle été créée

Cette modification des standards de la communauté permettant de bannir les stéréotypes et les propos discriminatoires a été introduite aux quatre coins du monde, tant pour Facebook qu’Instagram, à l’issue d’une concertation avec plus de soixante organisations sociales et experts du monde entier. Par stéréotype discriminatoire, Facebook entend tout contenu limitant des personnes à leurs caractéristiques culturelles ou raciales et lié à des actes blessants sous forme d’intimidation, d’exclusion et de violence ou représentant une incitation à de tels actes. Il est par exemple déjà possible de signaler et de faire supprimer les comparaisons discriminatoires ou dégradantes suivantes : « les musulmans et les porcs », « les femmes en tant qu’article domestique » ou « référer à la femme en tant que propriété ou objet ». Dans le cas du Père Fouettard, les modérateurs devront évaluer si la représentation est contraire à la politique « black faces » de Facebook.

 

***Fin du communiqué de presse***

Pour plus d’informations vous pouvez prendre contact avec press-benelux@fb.com

En cliquant sur le lien suivant, vous accéderez aux nouveaux standards de la communauté : https://www.facebook.com/communitystandards/hate_speech/. Sous l’onglet ““Recent Updates” , vous trouverez un récapitulatif du contenu et des raisons de la modification de ces standards.

Cette annonce coïncide avec le sixième Community Standards Enforcement Report, qui montre tous les trois mois à quelle fréquence Facebook applique ses règles internes et de quelle manière. Le rapport, qui couvre la période d'avril 2020 à juin 2020, montre que malgré le COVID-19, Facebook a pu prendre davantage de mesures à l'égard des contenus qui enfreignent les règles de la plateforme grâce à une technologie améliorée et a pu ainsi augmenter son taux de détection proactive.

  • Langage haineux : le taux de détection proactive de Facebook, c'est-à-dire la quantité de contenu illicite que Facebook détecte et supprime de manière proactive en utilisant la technologie avant qu'il ne soit signalé par un utilisateur, est passé de 89% à 95%. Le nombre de contenus haineux détectés par Facebook est passé de 9,6 millions au premier trimestre à 22,5 millions au deuxième trimestre 2020. 

  • Contenu terroriste : l'amélioration de la technologie a également permis de détecter et de supprimer davantage de contenu terroriste. Facebook a vu la quantité de contenu qu'il a abordé passer de 6,3 millions au premier trimestre à 8,7 millions au deuxième trimestre 2020. 

Vous trouverez plus d’informations sur ce rapport ici: Facebook’s newsroom 

 

Contactez-nous
Kim Van Bokhoven Communications Manager Belgium, Facebook
Tiffany Mestdagh PR Consultant, Bepublic
Kim Van Bokhoven Communications Manager Belgium, Facebook
Tiffany Mestdagh PR Consultant, Bepublic
A propos de Bepublic

Notre approche est avant tout journalistique. Notre objectif : la pertinence de vos communications. Notre méthode : des moyens appropriés et un public ciblé.