Gain de temps aux caisses JBC grâce à l’IRF

Gain de temps aux caisses JBC grâce à l’IRF

Jeudi 7 juin 2018 — En 2015, JBC, une grande chaine belge de magasins de vêtements au petit côté ludique, a déployé le système d’identification par radiofréquence (IRF) dans toute sa chaine logistique, en collaboration avec Checkpoint Systems, leader mondial de solutions antivols et IRF pour le commerce du détail. JBC était alors le précurseur de l’IRF en Belgique. Trois ans plus tard, la chaine de magasins se dit satisfaite de cette solution et partage quelques astuces pour réussir le déploiement de l’IRF au sein d’une entreprise.

L’expérience d’achat est primordiale chez JBC, tant l’expérience vécue par le client que celle du personnel des magasins. L’aisance et la rapidité à la caisse jouent à cet égard un rôle crucial. La chaine de mode est donc partie à la recherche, fin 2013, d’une technologie lui permettant de gagner du temps aux caisses tout en améliorant le confort de son personnel. Après un essai pilote dans deux des 144 magasins, c’est la solution IRF qui a été privilégiée par JBC.

“Grâce à l’IRF, nous pouvions gagner une dizaine de secondes aux caisses par vêtement vendu. Grâce à l’IRF, il devenait possible de scanner automatiquement tous les vêtements achetés par un client en une seule fois, ce qui permettait d’éviter de devoir chercher l’étiquette de chaque vêtement pour la scanner.”
Fred Tielens, Directeur logistique chez JBC

Vu ce gain de temps, JBC a décidé d’introduire l’IRF dans tous ses magasins ainsi que dans son centre de distribution à Houthalen. Fin 2014, JBC, en collaboration avec Checkpoint Systems, a formé plus d’une centaine de fournisseurs de vêtements à travers le monde à coudre correctement les étiquettes IRF sur les vêtements. Cette phase est essentielle à un déploiement réussi, et le fait que tout se passe bien en amont permet d’éviter aux détaillants de nombreux problèmes tout au long de la chaine.

C’est pourquoi JBC a également pourvu son centre logistique de systèmes IRF, parallèlement au trajet de formation des fournisseurs. Début 2015, la chaine de magasins a équipé son dépôt de tunnels IRF pour vérifier les marchandises entrantes et les marchandises sortantes. Le moment idéal pour s’assurer que les fournisseurs ont cousu correctement les étiquettes IRF.

“Les premières livraisons ne nous satisfaisaient pas. Certains de nos fournisseurs n’avaient pas bien cousu les étiquettes sur les vêtements ; ils n’avaient pas  tenu compte de la taille ni de la couleur par exemple. Heureusement, grâce aux contrôles effectués au dépôt, nous avons pu recadrer ces fournisseurs ; cela nous a également incités à renforcer nos contrôles.”
Fred Tielens

L’IRF a également changé nos modes opératoires au sein du dépôt. Alors qu’auparavant, il fallait compter et traiter toutes les marchandises entrantes, elles arrivaient désormais répertoriées et étiquetées dans le centre de distribution. La suppression de ces étapes a permis de réduire le nombre de transports internes et d’avoir des délais de livraison plus courts. Ainsi, JBC pouvait dorénavant livrer les marchandises demandées plus rapidement en magasin.

Une fois que la routine s’est installée chez les fournisseurs et dans le dépôt, JBC a pu commencer à déployer le système dans ses magasins, en 2015. Point de départ : l’organisation de plusieurs ateliers intensifs sous la direction du directeur de projet de Checkpoint Systems. JBC a d’abord impliqué ses directeurs régionaux dans le trajet IRF et ensuite le personnel des magasins. L’IRF change aussi les modes de fonctionnement plus classiques dans les magasins. Pour une intégration optimale de la technologie IRF aux caisses, JBC a commencé par un projet pilote pendant six mois. Plusieurs défis se sont alors posés : lecteurs IRF aux caisses, couplage aux étiquettes IRF, ordinateurs en coulisses, etc.

Autre point que JBC souhaite souligner, c’est qu’il faut également prévoir d’impliquer un responsable IT tout au long du trajet IRF lorsque l’on envisage d’introduire cette technologie. Il faut effectivement qu’une personne s’occupe des logiciels aux caisses, du système ERP et du réseau. Il faut aussi savoir que cette intégration entraine d’autres frais qu’il faut prévoir consciencieusement. Ainsi, avant l’arrivée de l’IRF, JBC disposait uniquement de connexions WIFI aux caisses alors que l’IRF requiert une connexion WIFI dans tout le magasin jusque dans les stocks. Il faut aussi prévoir un câblage supplémentaire. Les étiquettes IRF doivent en effet pouvoir communiquer avec les caisses. Néanmoins, tous ces frais supplémentaires sont négligeables par rapport à tous les avantages de l’IRF.

“Le personnel de nos magasins ne veut plus revenir en arrière, à l’époque où nous n’utilisions pas encore l’IRF. La charge de travail aux caisses a considérablement diminué. Le personnel a ainsi retrouvé du temps à consacrer aux clients pour pouvoir les conseiller.”
Fred Tielens

Quelles sont les perspectives ? L’inventaire de tous ses articles est le dernier élément qui pourrait venir conclure le récit IRF. JBC pourrait alors localiser toutes ses marchandises où qu’elles soient et savoir effectivement où elles se trouvent au niveau de la chaine logistique (du fournisseur au magasin). Une dimension supplémentaire pour la gestion des stocks de la chaine de mode.


À propos de JBC

Fondée en 1975 par Jean-Baptiste Claes, l’entreprise familiale est actuellement dirigée, côte à côte, par Bart et Ann Claes. Grâce à sa solide position dans le segment moyen, JBC répond aux besoins de tous les membres de la famille et à tous les budgets. L’entreprise a pour objectif de transposer les dernières tendances de la mode en collections abordables et de qualité, fabriquées dans le respect de la durabilité. L’entreprise a opté pour une solide approche omnicanale et a enregistré en 2016 un chiffre d’affaires de 240 millions d’euros (TVAC). Cette ambition se traduit par des vêtements aux accents locaux, respectueux de l’être humain et de l’environnement. Depuis le 1er avril 2015, JBC est membre de la Fair Wear Foundation et est, en outre, le premier détaillant belge à avoir ratifié l’accord de sécurité du Bangladesh. Le Claes Retail Group (CRG), le holding qui gère JBC et Mayerline, compte plus de 1500 collaborateurs (directs et indirects) et compte quelque 210 magasins répartis en Belgique, en Allemagne et au Luxembourg, dont 146 magasins JBC et 64 magasins Mayerline.
Pour de plus amples informations, veuillez consulter le site : www.jbc.be

A propos de Checkpoint Systems, Inc.
Checkpoint Systems est un leader mondial dans le domaine des solutions permettant aux détaillants d’accroitre la disponibilité et la sécurité de leurs produits. Grâce aux solutions de Checkpoint Systems, les commerçants disposent d’un inventaire précis de leurs produits en temps réel, peuvent en améliorer la disponibilité en rayons et limiter les situations de rupture de stocks et de pertes. Ainsi, les commerçants peuvent veiller à une meilleure disponibilité des marchandises et renforcer l’expérience d’achat des clients. Les solutions de Checkpoint reposent sur plus de 45 ans d’expérience dans la technologie RF, une offre de gestion des pertes innovante, des applications IRF de premier ordre et un portefeuille étayé de solutions d’étiquetage qui contribuent à la stratégie de la marque ainsi qu’à la sécurité et au suivi des produits de la source à l’étalage. Les clients de Checkpoint voient leur chiffre d’affaires et leurs bénéfices augmenter étant donné qu’ils peuvent s’assurer que leurs produits sont disponibles au bon endroit et au bon moment lorsque les clients souhaitent les acheter. Checkpoint Systems fait partie du groupe CCL Industries.
Pour de plus amples informations, veuillez consulter le site : www.checkpointsystems.com

Twitter: @CheckpointBenelux