La criminalité en magasin coûte 1,3 milliard d’euros aux commerçants belges

La criminalité en magasin coûte 1,3 milliard d’euros aux commerçants belges

Checkpoint Systems : la Belgique enregistre le plus haut taux de criminalité en magasin de l’Europe occidentale après l’Espagne

  • Chaque Belge doit débourser 119 euros en plus cette année à cause de la criminalité en magasin

  • En 2018, les vols en magasin ont fait perdre 900 millions d’euros au secteur belge de la distribution

  • En Belgique, la distribution a investi l’année dernière quelque 400 millions d’euros dans la prévention

  • Les supermarchés, les centres commerciaux et les magasins de vêtements sont la cible préférée des voleurs à l’étalage en Belgique

  • Ce sont les provinces d’Anvers, de Liège et du Hainaut qui comptent le plus de vols en magasin

  • La criminalité organisée augmente : vols avec effraction et bandes organisées itinérantes

L’année dernière, les vols ont coûté 900 millions d’euros aux commerçants belges. Notre pays enregistre ainsi le taux de criminalité en magasin le plus élevé de l’Europe occidentale après l’Espagne, et le portefeuille des consommateurs belges s’en ressent. Les Belges doivent ainsi débourser 119 euros en plus à la caisse pour compenser les frais liés à ces vols. C’est ce qu’il ressort de l’étude ‘Retail Security in Europe’ menée à la demande de Checkpoint Systems, leader mondial de la prévention des pertes pour le secteur de la distribution. Les supermarchés, les centres commerciaux et les magasins de vêtements sont la cible préférée des voleurs à l’étalage en Belgique.

Le nombre de vols en magasin demeure stable dans la plupart des pays d’Europe occidentale, voire diminue. Mais pas en Belgique. Les commerçants belges ont même constaté, l’année dernière, une recrudescence du nombre de vols à l’étalage dans notre pays. Il s’agit de vols commis par des malfaiteurs ou des membres du personnel ou d’actes frauduleux perpétrés par des fournisseurs, mais également d’actes criminels organisés par des bandes itinérantes. Les commerçants ont vu ainsi s’envoler en fumée 0,9 milliard d’euros de chiffre d’affaires à cause de la criminalité en magasin. En y ajoutant les investissements de quelque 400 millions d’euros pour lutter contre ce type de criminalité, le coût total s’élève à 1,3 milliard d’euros pour le secteur belge de la distribution, soit 1,9 % de son chiffre d’affaires annuel. C’est ce qu’il ressort de l’étude “Retail Security in Europe” menée par Crime&Tech, une société spin-off de l’Università Cattolica del Sacro Cuore de Milan. Dans le cadre de cette étude, les chercheurs ont analysé les chiffres des vols perpétrés dans quelque 3500 magasins en Europe.

“La criminalité en magasin a toujours d’importantes répercussions sur le chiffre d’affaires du commerce de détail en Belgique. La hausse des pertes, imputables au crime organisé, doit faire l’objet d’une attention toute particulière. Mais la sécurité et la protection permettant de garder le vol sous contrôle ne doivent pas devenir des objectifs en soi. Les nouvelles technologies de sécurité et de protection doivent aider les commerçants à vendre plus, tout en leur permettant de contrôler leurs pertes. L’expérience des consommateurs dans le magasin demeure fondamentale.”
Dominique Reumers de Checkpoint Systems

Les Belges paient 30 euros en plus que les Européens en moyenne à cause des vols

L’Espagne est le champion européen toutes catégories de la criminalité en magasin. Les commerçants perdent 2 % de leur chiffre d’affaires à cause des vols à l’étalage. Les Pays-Bas et la Belgique se partagent la deuxième place, les pertes se chiffrant à 1,9 % du chiffre d’affaires annuel. La France (1,7 %), le Royaume-Uni (1,1 %) et l’Allemagne (1,0 %) s’en tirent beaucoup mieux que la Belgique.

“Le taux élevé de la criminalité en magasin dans notre pays, avec en chefs de file les provinces d’Anvers, de Liège et du Hainaut, fait que chaque Belge doit débourser 119 euros en plus par an en magasin, soit 30 euros de plus que l’Européen moyen.”
Dominique Reumers de Checkpoint Systems

Les supermarchés, la cible préférée de la criminalité en magasin

En Europe, les commerçants ne sont pas tous sur le même pied d’égalité face à la criminalité en magasin. Ce sont les supermarchés qui subissent les plus grosses pertes, qui s’élèvent à 2,6 % de leur chiffre d’affaires. En Belgique, ce pourcentage avoisine les 2,4 %, soit un peu moins que la moyenne européenne. Mais cela équivaut encore toujours à une perte de quelque 420 millions d’euros par an. Les centres commerciaux et les magasins de vêtements sont les deuxièmes cibles préférées des voleurs. Leurs pertes, imputables à la criminalité en magasin, grimpent respectivement jusqu’à 51 et 50 millions d’euros par an.

Top 5 des articles les plus volés en magasin, par secteur :

Supermarchés

Centres commerciaux

Magasins de vêtements

Alcool

Vêtements

Pantalons

Viande & fromage

Multimédia

Pulls

Cosmétiques

Accessoires

Blouses

Chocolat & friandises

Alcool

Cosmétiques

Vêtements

Tabacs et cigarettes

Sous-vêtements

“Les détaillants ne perdent pas seulement des revenus à cause de la criminalité dans les magasins. Outre le vol à l'étalage, les gangs itinérants ou les vols effectués par le personnel, il y a aussi les dommages causés par une mauvaise gestion des stocks ou des marchandises endommagées. Seul un détaillant sur trois parvient à faire une distinction claire entre les pertes dues à des activités criminelles et les autres pertes.”
Dominique Reumers de Checkpoint Systems

Les commerçants belges investissent 400 millions d’euros dans la sécurité et la protection

Les supermarchés belges ont encore de la marge pour réduire leurs pertes liées à la criminalité en magasin. De tous les commerçants, ce sont eux qui investissent le moins dans la sécurité et la protection : à peine 0,4 % de leur chiffre d’affaires. La moyenne du secteur belge de la distribution se situe autour de 0,6 % du chiffre d’affaires annuel, soit un montant de 400 millions d’euros.

“Lorsque nous analysons les techniques de protection utilisées par les commerçants belges, nous constatons qu’il s’agit principalement d’étiquettes (EAS), d’alarmes et de caméras de surveillance. Deux commerçants interrogés sur trois déclarent avoir installé ces techniques dans leur magasin. La moitié des commerçants utilise des caméras de surveillance dans tous les magasins. C’est plus que dans la plupart des autres pays d’Europe occidentale (46,4 %).”
Dominique Reumers de Checkpoint Systems

À propos de l’étude
L’étude ‘Retail security in Europe, going beyond Shrinkage’ rassemble les dernières statistiques et tendances de la criminalité en magasin pour le commerce de détail en Europe. Dans le cadre de cette étude, la société Crime&tech a interrogé des commerçants de 11 pays européens (Belgique, Allemagne, Finlande, France, Italie, Pays-Bas, Pologne, Russie, Espagne, Royaume-Uni et Suède). Ensemble, ces commerçants représentent quelque 24 000 magasins en Europe. Les chercheurs ont analysé ensuite les chiffres de la criminalité en magasin de quelque 3500 commerces (la plus grande collecte de données en la matière), ont extrait 1600 récits à propos de la criminalité en magasin des médias européens et ont complété ces données en s’entretenant avec un groupe cible de plus de 20 directeurs de la sécurité et de la protection.

À propos de Crime&tech
Crime&tech est une spin-off qui a été créée par l’Università Cattolica del Sacro Cuore et Transcrime - Joint Research Centre on Transnational Crime. Crime&tech conçoit, au moyen d’analyses poussées et en se fondant sur les recherches menées par Transcrime, des outils technologiques et des applications pour les entreprises publiques et privées visant à évaluer la criminalité, à la suivre, à la cartographier et à la prévenir pour ainsi augmenter la sécurité. En 2017, Crime&Tech a effectué sa première étude en Italie sur la criminalité et la sécurité dans le commerce de détail. Dans le cadre de cette étude, elle a collaboré avec Sicurezza et a été assistée par Checkpoint Systems.
Pour de plus amples informations : www.crimetech.it

À propos de Checkpoint Systems, Inc.
Checkpoint Systems, division de CCL Industries, est le seul fournisseur de solutions RF/RFID intégrées pour la distribution. Les exigences des consommateurs s’accélérant à un rythme soutenu grâce à la technologie, Checkpoint fournit au commerce de détail des solutions intelligentes, apportant clarté et efficacité, n’importe où et n’importe quand. Grâce à une offre unique de logiciels, matériels, étiquettes, accessoires et solutions cloud connectées, Checkpoint optimise les opérations en magasin et leur efficacité, grâce à des données intuitives recueillies en temps réel tout au long de la chaine logistique et en magasin. Le résultat ? Plus de rentabilité et une expérience client enrichie. Les solutions intelligentes proposées par Checkpoint à la distribution reposent sur 50 ans d’expérience dans la technologie de la radiofréquence, dans les systèmes innovatif de sécurité et de prévention des vols, dans les logiciels innovants, le matériel RFID et une offre importante de solutions permettant d’identifier, de sécuriser et de suivre les articles de la source au rayon du magasin.
Pour plus d’infos : www.checkpointsystems.com
Twitter : @CheckpointSys

Contactez-nous
A propos de Bepublic

Notre approche est avant tout journalistique. Notre objectif : la pertinence de vos communications. Notre méthode : des moyens appropriés et un public ciblé.