Le Brussels Philharmonic remonte sur scène six mois après l’entrée en vigueur du confinement

Les musiciens regroupés par bulles donneront deux représentations par soir

Samedi soir prochain, 6 mois exactement après leur dernière représentation, le Brussels Philharmonic remontera sur les planches de Flagey. Les conditions de leur concert avec le Vlaams Radiokoor ont été adaptées: limitation du public, deux représentations (plus courtes) par soirée, différentes bulles de musiciens et un chœur qui porte un masque buccal. Pour ce premier concert post-confinement, qui marque aussi l’ouverture de la nouvelle saison, l’orchestre a choisi un morceau symbolique. En optant pour la 5ème symphonie de Beethoven, le Brussels Philharmonic fête « la victoire sur le destin ». Gunther Broucke, l’intendant du Brussels Philharmonic : « Malgré tous les déboires rencontrés par le secteur à cause du coronavirus, notre orchestre a foi en l’avenir. »

Le Brussels Philharmonic et le chœur avaient joué ensemble pour la dernière fois le jeudi 12 mars, la veille du confinement. Ils ont ensuite été  contraints à une pause forcée de 6 mois. Une situation totalement inédite depuis la création de l’orchestre. Après cette longue attente, l’orchestre symphonique est deux fois plus motivé. Un nouveau souffle qui se traduit aussi dans la réalité. En effet, en raison des mesures prises pour lutter contre le coronavirus, les ensembles donneront deux représentations par soir lors de cette nouvelle saison : à 18 h 30 et à 21 h.

Des concerts plus courts pour une expérience intime

Lors de cette nouvelle saison, chaque concert durera une heure, soit environ la moitié d’une représentation normale. Le Brussels Philharmonic pourra ainsi toucher un public plus large  en tenant compte des restrictions mises en place à Flagey : à peine 200 spectateurs par représentation au lieu des 850 habituels. Avantage : la promesse d’une expérience intime pour les musiciens comme pour les visiteurs.

Nos représentations adaptées et plus courtes pour un public limité sont bien plus intimes. C’est comme si les spectateurs avaient nos musiciens pour eux seuls ou presque. Ce programme adapté est d’ores et déjà prévu jusque fin décembre. Ensuite, nous devrons réévaluer la situation. Mais le secteur culturel déborde de créativité, donc nous trouverons bien une solution. Depuis des semaines, nos musiciens décomptent les jours en attendant le moment où ils pourront à nouveau briller en public, même dans des conditions différentes.

Gunther Broucke, l’intendant du Brussels Philharmonic

Un concert sans risque

Le Brussels Philharmonic prend les mesures nécessaires pour lutter contre la propagation du coronavirus. Celles-ci se traduisent non seulement par des représentations plus courtes que d’habitude, mais aussi par une adaptation des mesures au niveau de la scène et de ses abords. Les musiciens qui jouent d’un même instrument forment une bulle. Une bulle de travail, certes, au sein de laquelle les règles de distanciation sociale demeurent valables. Dès lors, en cas de contamination de l’un de ces musiciens, cette (petite) bulle peut être écartée sans pour autant devoir mettre l’ensemble de l’orchestre en quarantaine.

Les membres du chœur respectent eux aussi la distanciation requise. Fait remarquable : tous les membres du chœur chanteront avec un masque buccal.

La Symphonie n° 5 de Beethoven, un morceau symbolique

Les morceaux que le chœur et l’orchestre ont décidé d’interpréter ce samedi 12 septembre n’ont pas été choisis au hasard. Le chœur interprétera une chanson d’amour poignante de Mahler et le Brussels Philharmonic l’accompagnera avec la 5e Symphonie de Beethoven. Cette symphonie, également appelée Symphonie du Destin, célèbre la victoire sur le destin tant au niveau du contenu que sur le plan symbolique et aborde toutes les étapes de la vie humaine (bonheur, drame, joie et tragédie).

La 5e Symphonie de Beethoven montre la valeur symbolique à nos yeux de ce premier concert après de longs mois d’absence. Nous voulons surtout transmettre un message d’optimisme. Le secteur culturel a suffisamment sombré dans le négativisme, maintenant, il faut aller de l’avant. Et rien de tel qu’un concert pour y parvenir. La musique nous fera oublier nos soucis pendant un moment et réunira à nouveau le public et les musiciens, comme avant.

Gunther Broucke, l’intendant du Brussels Philharmonic

***

À propos du Brussels Philharmonic

Fondé par l’Institut National de Radiodiffusion (INR), le Brussels Philharmonic a vu le jour en 1935 sous le nom de Grand Orchestre Symphonique. Sa mission première consistait à faire découvrir le répertoire dit « sérieux » au peuple belge : la musique belge et flamande, les partitions encore inexplorées du passé, les trésors du 19e siècle et la nouvelle musique contemporaine. Aujourd’hui, sous la direction du directeur musical Stéphane Denève, le Brussels Philharmonic propose un répertoire vaste et varié. Sur la scène internationale, le Brussels Philharmonic a acquis sa propre place, avec des accords fixes dans les grandes capitales européennes et des tournées au Japon et aux États-Unis notamment. Le Brussels Philharmonic se distingue aussi en exécutant et en enregistrant des musiques de films, de séries et de jeux. Au niveau de ses grandes réalisations, citons notamment les enregistrements pour Aviator et pour The Artist qui lui a valu l’Oscar de la meilleure musique originale. Le Brussels Philharmonic est, ensemble avec le Vlaams Radiokoor (Choeur de la Radio Flamande), une institution de la Communauté flamande.

Contactez-nous
Arno Creve PR Consultant, Bepublic
Sonja Kouchoutina Contact presse, Brussels Philharmonic
Arno Creve PR Consultant, Bepublic
Sonja Kouchoutina Contact presse, Brussels Philharmonic
A propos de Bepublic

Notre approche est avant tout journalistique. Notre objectif : la pertinence de vos communications. Notre méthode : des moyens appropriés et un public ciblé.