L'entreprise tech Bringme développe un détective virtuel du coronavirus avec le soutien de Vlaio

L'entreprise tech Bringme développe un détective virtuel du coronavirus avec le soutien de Vlaio

La première société à expérimenter l’outil est Carconnex de Tienen

Avec le soutien de l'Agence flamande pour l'innovation et l'entrepreneuriat (Vlaams Agentschap Innoveren & Ondernemen Vlaio), l'entreprise tech Bringme basée à Louvain a développé ces dernières semaines un véritable "détective du coronavirus". Il automatise l'accueil des visiteurs dans les entreprises, informe sur les mesures de prévention, prend la température et fait un bilan de santé virtuel. Le bureau distribue également des masques de protection et permet aux employés et aux visiteurs des entreprises de se désinfecter les mains à l'aide d'un distributeur d'alcogel commandé par capteur. Le détective virtuel remet ensuite aux employés et aux visiteurs un badge avec lequel ils peuvent entrer dans l'entreprise. Bringme a installé en présence de la ministre flamande de l’economie et de l’innovation le premier exemplaire à l'entreprise Carconnex à Tienen.

La semaine dernière, la grande étude sur la coronavirus de l'Université d'Anvers, de l'Université de Hasselt et de l'Université de Louvain a montré que plus de la moitié des infections de coronavirus se produisent sur le lieu de travail.  Ce fut un signal d'alarme pour les chefs d'entreprise, qui se rendent compte aujourd'hui que dans les lieux où les gens se rassemblent, un bilan de santé rapide et approfondi doit devenir la norme. Ce ne sera pas seulement le cas à l'entrée des entreprises, mais aussi dans les musées, les magasins et les communes. Les organisations pourront désormais utiliser ce "détective corona" automatique à cette fin. En pleine crise du coronavirus, la société tech Bringme a transformé son siège social en un laboratoire vivant; leur bureau est devenu une grande réception virtuelle.

« La situation en Chine nous préoccupait depuis un certain temps. Avant même que la crise du coronavirus ne frappe l'Europe, j'ai jeté par-dessus bord notre plan d'entreprise pour 2020 et j'ai élaboré un plan de 12 semaines à la place. Nous avons beaucoup investi dans la recherche et le développement de notre matériel et de nos logiciels. La mise à niveau de notre réception virtuelle actuelle est payante. Chaque jour, des entreprises nous contactent pour les aider. Cela montre que les organisations peuvent utiliser la technologie comme une solution structurelle pour garder le lieu de travail sain, de sorte qu'elles n'aient pas à arrêter à nouveau leurs activités en cas de nouveaux pics de virus. »
Jo Vandebergh, CEO de Bringme

L’entreprise Carconnex à Tienen: première entreprise utilisant le détective du coronavirus 

Vlaio, l'Agence flamande pour l'innovation et l'entrepreneuriat, a investi 250.000 euros dans Bringme afin que l'entreprise puisse développer davantage son détective virtuel à l’égard du corona. La réception virtuelle aide non seulement les entreprises, les musées, les magasins et les communes à redémarrer, mais elle assure également la continuité de notre économie en cas de nouveaux pics de virus. Bringme placera le détective virtuel du coronavirus auprès d'une centaine d'organisations dans les semaines à venir. La première entreprise qui disposera de ce système sera Carconnex à Tienen. 

« La Flandre investit beaucoup dans l'innovation. De nombreuses entreprises développent aujourd'hui des produits dans le cadre de la santé et de la sécurité.  La vie sur le lieu de travail va également changer. Il est important que les employés et les visiteurs puissent travailler dans des conditions sûres, et il est bon que des technologies comme celles de ces entreprises puissent offrir une solution structurelle. Cette innovation a été réalisée, entre autres, grâce aux ressources de l'Agence flamande pour l'innovation et l'entreprenariat. »
Hilde Crevits, ministre flamande de l'économie et de l'innovation

Le coronavirus change le travail des réceptionnistes 

L'espace de réception sera complètement différent dans les entreprises de l'ère post-corona, et la fonction de réceptionniste telle que nous la connaissons aujourd'hui n'existera plus d'ici deux à cinq ans, prédit Bringme. Grâce à la technologie, les réceptionnistes auront moins de contacts humains dans l'accomplissement de leurs tâches, ce qui réduira la propagation des virus et des bactéries. La manutention des colis et les livraisons dans les entreprises devront également être sans contact. C'est pourquoi les détecteurs corona intelligents fonctionnent avec la Bringme Box, qui possède une couche supérieure antibactérienne et gère automatiquement la gestion des colis.

« Le coronavirus va révolutionner la santé des entreprises de la même manière que le 11 septembre a changé à jamais la sécurité des aéroports. Ce changement commence par l'automatisation. Cela ne signifie pas que les réceptionnistes vont disparaître à jamais ; la fonction sera déployée dans les entreprises pour des tâches à plus forte valeur ajoutée pour l'activité de l'organisation. »
Jo Vandebergh de Bringme

Contactez-nous
A propos de Bepublic

Notre approche est avant tout journalistique. Notre objectif : la pertinence de vos communications. Notre méthode : des moyens appropriés et un public ciblé.