Les entreprises sous-estiment le risque de propagation du COVID-19 par le biais des installations CVC cet hiver

Vinçotte préconise une inspection préventive du système de chauffage, de ventilation et de climatisation (CVC) afin que les membres du personnel puissent retourner sur leur lieu de travail dans des conditions de sécurité optimales

Le coronavirus pose un nouveau problème aux entreprises, mais aussi aux écoles, aux entrepôts et aux salles de concert. Leurs systèmes de chauffage, de ventilation et de climatisation (installations CVC) ne permettent pas en standard de faire barrage aux virus. Ils pourraient même contribuer à leur propagation dans de grands espaces. Vinçotte, leader du marché belge dans le secteur des tests, inspections et certification (Testing, Inspection & Certification ou TIC), l’a constaté après avoir analysé les installations de plusieurs entreprises au cours du mois dernier. Selon Vinçotte, si les entreprises veulent garantir la santé de leurs collaborateurs, il convient d’analyser les zones vulnérables sur le lieu de travail et de procéder à des ajustements des systèmes pour contrecarrer la propagation des virus.

La question de la ventilation des salles de classe et des locaux d’entreprise a fait grand bruit. Vaut-il mieux ouvrir nos fenêtres et nos portes ou les garder fermées pour éviter la propagation du coronavirus ? Dans un environnement professionnel, la situation est plus complexe. Pour ainsi dire chaque entreprise ou complexe de bureaux dispose d’un système de chauffage, de ventilation et de climatisation (CVC). L’objectif de cet équipement est de rafraîchir l’air en été, de souffler de l’air chaud en hiver et de faire circuler de l’air propre. Mais ces systèmes ne tiennent pas compte de la propagation des virus.

Les virus se propagent par le biais de gouttelettes. Si ces gouttes sont très petites, elles s’évaporent et se transforment en aérosols. Les particules virales flottent alors dans l’air. L’Organisation mondiale de la santé a donc récemment reconnu que la transmission aérienne au sein d’une pièce constitue un risque potentiel. Vinçotte a ensuite examiné l’incidence de ce phénomène sur les systèmes de ventilation installés dans la plupart des entreprises.

« La quasi-totalité des installations CVC contemporaines sont axées sur l’efficacité énergétique. En effet, il s’agit d’un des critères des normes de construction. Par conséquent, dans la plupart des cas, les systèmes CVC réutilisent l’air intérieur du bâtiment qui a déjà été refroidi ou chauffé. Mais ce mode de fonctionnement peut justement faciliter la propagation d’un virus en suspension dans l’air. La mise à l’arrêt des installations est souvent exclue, car elle aurait une incidence négative sur le confort et la circulation d’air frais. C’est pourquoi il est important d’identifier les risques des systèmes actuels et de s’appuyer sur l’analyse effectuée pour adopter des mesures concrètes pour chaque bâtiment. C’est l’un des aspects que les entreprises ne prennent pas suffisamment en compte aujourd’hui pour empêcher la propagation du virus. »

Nico Seymus, Corporate Consultancy Manager chez Vinçotte

Zones sensibles

Actuellement, les entreprises ne sont tenues de faire inspecter leurs installations CVC que pour prévenir les fuites et s’assurer de leur efficacité énergétique. L’aspect sanitaire n’est pas pris en compte. Néanmoins, Vinçotte recommande de soumettre les systèmes à une analyse afin de limiter les éventuels risques pour la santé des travailleurs et des visiteurs. Sur la base des recherches et des avis scientifiques actuels, la société d’inspection a mis au point une méthode qui permet d’identifier les zones sensibles au sein du système CVC proprement dit, mais aussi sur le lieu de travail. 

« Les emplacements où l’air pénètre dans le système ou en est rejeté sont une source de risque. Si vous êtes présent à cet endroit, vous risquez d’être infecté par le virus par le biais d’aérosols. Ces lieux deviennent dès lors des zones sensibles sur le lieu de travail. En outre, nous savons que la plupart des systèmes sont dotés de filtres qui récupèrent les particules de poussière et les bactéries, mais sont insuffisants pour arrêter un virus. L’installation de filtres adaptés aux emplacements adéquats ou le recours aux rayonnements UV peuvent résoudre ce problème. »

Nico Seymus, Corporate Consultancy Manager chez Vinçotte

Moins de cas de grippe à l’avenir

Vinçotte fait également remarquer qu’une analyse des systèmes de climatisation d’entreprise n’est pas seulement utile pour lutter contre la propagation du coronavirus. Elle peut également protéger les collaborateurs contre la propagation d’autres virus qui se transmettent par aérosols, comme la grippe hivernale annuelle, le syndrome des bâtiments malsains et d’éventuels nouveaux virus à l’avenir.

« La crise actuelle a montré que les entreprises ne pouvaient pas garantir entièrement la santé des collaborateurs sur le lieu de travail. Les entreprises doivent maintenant tirer parti de ces connaissances et en faire une opportunité de réduire autant que possible les risques pour la santé sur le lieu de travail. La distanciation sociale et l’application des mesures et des équipements de protection individuelle, notamment le lavage des mains, l’utilisation de gel hydroalcoolique et le port de masques buccaux ne suffisent pas. Il est nécessaire d’adopter une approche générale qui tient compte de l’installation CVC. Il s’agit non seulement d’une réponse à la crise du coronavirus actuelle, qui renforcera le sentiment de sécurité des collaborateurs qui retournent travailler au bureau, mais aussi d’un investissement à long terme dans la santé des travailleurs. »

Jos Windey, CEO de Vinçotte

 

À propos de Vinçotte

Vinçotte est la plus grande société accréditée belge de contrôle, d’inspection et de certification. Elle propose plus de 220 services objectifs et consultatifs dans les domaines de l’inspection, de la certification, de l’évaluation de la conformité et de la formation. Quelque 2 000 collaborateurs s’engagent au quotidien pour une société toujours plus sûre, plus efficace et plus durable. Ils opèrent à partir des 16 implantations de la société, réparties dans tout le Benelux et effectuent chaque jour plus de 5 000 inspections auprès de 60 000 multinationales, PME, indépendants et particuliers qui font confiance à Vinçotte. Plus d’informations sur www.vincotte.be.

 

Contactez-nous
Nico Seymus Corporate Consultancy Manager, Vinçotte
Sander Vanlouwe PR Consultant, Bepublic
Nico Seymus Corporate Consultancy Manager, Vinçotte
Sander Vanlouwe PR Consultant, Bepublic
A propos de Bepublic

Notre approche est avant tout journalistique. Notre objectif : la pertinence de vos communications. Notre méthode : des moyens appropriés et un public ciblé.