Trois entreprises sur quatre ne communiquent pas efficacement

Trois entreprises sur quatre ne communiquent pas efficacement

Un sondage réalisé auprès de 2000 Flamands révèle que la plupart des communiqués de presse ne font pas mouche

Vendredi 13 novembre 2015

  • Trois communiqués de presse sur quatre atteignent à peine leur cible.

  • A peine quatre communiqués de presse sur dix enregistrent un score suffisant en termes de valeur médiatique, de pertinence et de formulation.

  • Le sondage révèle qu’un communiqué de presse n’est pas toujours le canal idéal.

Paris/Leuven, 13 novembre 2015 – Parmi tous les communiqués de presse envoyés par les entreprises belges, seul un communiqué sur quatre fait mouche. C’est ce qui ressort d’un sondage réalisé par le bureau RP Bepublic en collaboration avec le bureau d’études de marché iVOX et l’agence de presse Belga auprès de deux mille Flamands qui ont évalué des communiqués de presse en termes de valeur médiatique, de pertinence et de crédibilité. L’étude est présentée aujourd’hui à 180 chefs d’entreprise lors de la septième édition du Leadersmeeting@Paris.

***

Les entreprises belges sont expertes dans le secteur dans lequel elles sont actives, connaissent parfaitement leurs produits ou leurs services et savent comment s’y prendre pour développer leurs activités. Aussi envoient-elles régulièrement des communiqués de presse. Hélas, bon nombre de ces communiqués ratent leur cible. Parmi les centaines de textes que l’agence de presse Belga reçoit quotidiennement, seule une petite partie est diffusée dans la presse écrite ou la presse audiovisuelle.

Pour pouvoir expliquer ce phénomène, le bureau RP Bepublic a demandé à deux mille Flamands d’évaluer des communiqués de presse choisis au hasard. Il s’agissait de simples utilisateurs des médias car les journalistes évaluent toujours les communiqués de presse en pensant à leurs lecteurs, à savoir leur propre groupe-cible.

Les communiqués de presse enregistrent de très mauvais scores

L’étude a révélé que les entreprises ne parvenaient souvent pas à susciter l’intérêt du public pour leurs messages. Les participants au sondage ont évalué l’incidence des communiqués de presse au moyen de différents facteurs : est-ce que cela m’intéresse ? Suis-je mieux informé(e) ? Est-ce que j’en parlerais à d’autres ? etc. Les scores enregistrés sont toujours demeurés très bas : le score moyen enregistré était de 4 sur 10, et seulement un communiqué de presse sur quatre parvenait à passer le seuil des 5 sur 10.

“Nous constatons que trop d’entreprises ne saisissent pas l’occasion de communiquer plus clairement envers leur public. De nombreuses entreprises ont pourtant des tas d’informations intéressantes à diffuser et disposent de l’expertise en interne. Toutefois, elles ne parviennent pas actuellement à les exploiter. Elles pourraient pourtant séduire le consommateur et montrer qu’entreprendre ne se limite pas uniquement à ‘vendre’ un produit."

Jeroen Wils, Conseiller en communication chez Bepublic

Les communiqués de presse sont mal rédigés

Les participants devaient également commenter la formulation des communiqués de presse et dire si ceux-ci respectaient les règles élémentaires de l’art. Ainsi, un bon communiqué de presse contient des informations surprenantes, est pertinent pour un grand nombre de personnes, est écrit avec clarté et précision, a un titre qui attire le lecteur et est bien structuré.

L’analyse révèle que la plupart des communiqués de presse enregistrent de très mauvais scores en ce qui concerne les règles de base : en moyenne, ils obtiennent un score quelque peu supérieur à 4 sur 10. A peine quatre communiqués de presse sur dix obtiennent un score suffisant. Soulignons également que les communiqués de presse qui enregistrent les meilleurs scores sont également ceux qui font trois fois plus mouche que les autres.

Le nombre de communiqués de presse doit être revu à la baisse

Tous les communiqués de presse doivent-ils paraître, quel que soit le sujet, du moment qu’ils respectent les règles élémentaires de l’art ? Pour le savoir, Bepublic a réécrit cinq communiqués de presse au hasard : une version comportant uniquement quelques  adaptations linguistiques et une version mettant l’accent sur différents aspects fondamentaux.

Le résultat ? Les scores ont augmenté quelque peu après les modifications linguistiques et ont augmenté significativement lorsque les textes ont été complètement réécrits. De manière générale, les nouvelles versions enregistraient toutefois un score insuffisant. Il ressort de ce test que les communiqués de presse ne peuvent pas être tous ‘sauvés’ en appliquant uniquement quelques petits trucs et astuces. A défaut de pertinence et de valeur médiatique, il vaut mieux s’abstenir de diffuser un communiqué de presse.

“Chez Belga, la majeure partie des communiqués de presse sont relégués aux oubliettes. Le message de nombreuses entreprises est souvent soit trop commercial soit trop peu pertinent pour être diffusé. Et trop d’informations nuit également : ceux qui continuellement diffusent des communiqués de presse sans contenu risquent de voir un jour leurs messages intéressants n’intéresser plus personne.”

Hans Vandendriessche, Rédacteur en chef de Belga

Les résultats de cette étude nous entraînent au cœur du problème : la plupart des communiqués de presse ne sont jamais diffusés parce qu’ils ne sont que très peu intéressants pour la plupart des gens et qu’ils pèchent contre toutes les règles de l’art.  Les entreprises devraient choisir d’autres canaux pour diffuser ces informations.