Une entreprise belge lève 38 millions d’euros pour assurer une meilleure qualité de vie aux diabétiques grâce à un capteur high tech

Une entreprise belge lève 38 millions d’euros pour assurer une meilleure qualité de vie aux diabétiques grâce à un capteur high tech

Indigo Diabetes met fin aux piqûres douloureuses et aux regards gênés

Avoir les doigts endoloris à cause des nombreuses prises de sang ou devoir être surveillé en continu via un appareil sur le bras font malheureusement partie de la vie quotidienne de nombreux diabétiques. La société belge Indigo Diabetes souhaite mettre fin à ce processus pénible et a développé un capteur révolutionnaire, de haute technologie, qui sera placé sous la peau par un médecin et qui surveillera le taux de glycémie en continu. De cette manière, le capteur belge offrira une meilleure qualité de vie aux diabétiques. La société a levé 38 millions d'euros pour poursuivre le développement du capteur et pour le tester sur de nombreuses personnes.

Les chiffres les plus récents de la Fédération internationale du diabète recensent plus de 460 millions de personnes souffrant du diabète dans le monde. Le diabète est une affection du métabolisme, qui conduits à avoir des valeurs de glucose anormalement élevées dans le sang, ce qui entraîne divers problèmes de santé. Actuellement, les diabétiques doivent prélever une goutte de sang au moyen d'une lancette plusieurs fois par jour pour mesurer le taux de sucre dans le sang ou appliquer un nouveau capteur qui perce la peau du bras, tous les 7 à 14 jours (Continuous Glucose Monitoring ou CGM). 

« Les diabétiques ont souvent un sentiment négatif au regard de ce qui existe actuellement pour surveiller leur glycémie. La piqûre sur le bout des doigts est douloureuse, le timbre CGM visible est stigmatisant et demande entretien et interaction à tout moment. Nous souhaitons changer cela grâce à notre dispositif. Le diabète ne sera plus visible. Notre capteur sera inséré sous la peau et non appliqué sur la peau. De plus, outre le glucose, nous souhaitons également mesurer les cétones au moyen du capteur. Cette association unique permettra une meilleure réaction des diabétiques et de leur soignant aux variations de glycémie, mais également la détection opportune d'une acidocétose pouvant être dangereuse. »
Danaë Delbeke, CEO et fondatrice de Indigo Diabetes

Un petit récepteur dans la poche ou dans le sac à main avertit d'une glycémie trop élevée ou trop basse
Le capteur de Indigo Diabetes donnera une meilleure qualité de vie aux diabétiques. Ils pourront à nouveau pratiquer un sport ou profiter d'une journée à la mer en toute tranquillité. Ils ne devront plus porter de capteur sous forme de timbre, qui peut se détacher ou s'endommager en raison de l'eau ou de la sueur. 

« Grâce à la technologie de la photonique, dans laquelle des faisceaux lumineux portent les signaux et les informations plutôt que des impulsions électriques, notre capteur enregistrera deux biomarqueurs différents. Du point de vue médical, cela constituera une étape importante par rapport aux méthodes existantes, qui ne mesurent que le glucose. Un médecin placera le petit capteur sous la peau et ce dernier enverra toutes les valeurs à un récepteur. L'utilisateur conservera ce récepteur dans une poche, un sac à main ou sur la table de nuit et sera averti dès que les valeurs deviennent trop élevées ou trop faibles. Tout de suite, les lancettes ou le changement fréquent d'un capteur collant appartiendront également au passé. Tout se passera de manière invisible. »
Danaë Delbeke, CEO de Indigo Diabetes

38 millions d'euros pour tester le capteur sur des personnes
Indigo Diabetes a la semaine passée levé 38 millions d'euros auprès de différents investisseurs. Grâce à cette nouvelle levée et après des résultats précliniques encourageants, la société peut poursuivre ses études cliniques en Europe et aux États-Unis. Indigo Diabetes espère pouvoir mettre son capteur invisible sur le marché fin 2023.

Pour le développement du capteur, Indigo Diabetes travaille entre-autres avec le professeur dr. Christophe De Block, chef du département d’endocrinologie, diabétologie et troubles métaboliques à l’hôpital universitaire d’Anvers (UZA).

« Pour les personnes atteintes de diabète de type 1, mais également pour les personnes présentant un diabète de type 2 nécessitant un traitement par l'insuline, cette application donnera un aperçu bien meilleur des doses d'insuline et du moment du traitement, nécessaires à la stabilisation de la glycémie. Lorsque, à long terme, nous pourrons coupler cela à une pompe à insuline, on obtiendra un système de type pilote automatique, grâce auquel les diabétiques ne devront plus intervenir eux-mêmes. »
Professeur dr. Christophe De Block

 

Liste complète des investisseurs par ordre alphabétique:
Ackermans & van Haaren
Capricorn Digital Growth Fund
Capricorn Partners
Fidimec
Fund+
imec.xpand
Manuardeo
PMV
Powergraph
QBICII
Qbic Arkiv Fund
Sensinnovat
Thuja Capital Healthcare Fund II
Titan Baratto

Contactez-nous
Tiffany Mestdagh PR Consultant Bepublic
Tiffany Mestdagh PR Consultant Bepublic
A propos de Bepublic

Notre approche est avant tout journalistique. Notre objectif : la pertinence de vos communications. Notre méthode : des moyens appropriés et un public ciblé.