Une maman sur deux ne souhaite pas recevoir de cadeau pour la Fête des mères

Selon une étude menée par iVOX et SOS Villages d’Enfants, les Belges dépensent en moyenne 34,2 euros pour un cadeau de Fête des mères

Lundi 7 mai 2018 — Plus de la moitié des mamans échangeraient leur cadeau de Fête des mères contre un moment partagé en famille. C’est ce qui ressort de l’enquête menée par iVOX à la demande de SOS Villages d’Enfants. L’ONG internationale demande donc de laisser de côté, cette année, le cadeau de la Fête des mères et d’offrir avec l’argent épargné un foyer chaleureux à des enfants qui n’ont plus personne pour prendre soin d’eux.

Il ressort de l’enquête menée auprès de 1.000 Belges que nous dépensons en moyenne 34,2 euros pour un cadeau pour la Fête des mères. Cette enquête révèle aussi une tendance surprenante : 54 % des mères préfèrent un moment passé en famille (une promenade, un pique-nique, un petit-déjeuner au lit, …) plutôt qu’un cadeau matériel comme des fleurs ou des bijoux.

Ces résultats proviennent d’une analyse effectuée par le bureau iVOX à la demande de l’organisation internationale SOS Villages d’Enfants. L’ONG souhaitait avoir une idée du montant dépensé en moyenne pour un cadeau de Fête des mères, et en savoir plus sur le type de cadeau que les mamans préféraient. Il ressort de cette enquête que ce sont principalement les mères âgées de 35 à 54 ans qui attachent le moins d’importance à un cadeau matériel pour la Fête des mères : 66,4% préfèrent passer un bon moment en famille. Seuls 18,6% des mamans admettent qu’elles préfèrent recevoir un cadeau matériel.

Le pédagogue Hans Van Crombrugge n’est pas surpris par ces résultats. « Les mères apprécient qu’on leur témoigne de la reconnaissance par le biais de cadeaux émotionnels ou symboliques, parce qu’elles les considèrent comme une preuve plus forte de la qualité de leur relation avec leurs enfants qu’un cadeau matériel.» 
 

Un environnement chaleureux pour les enfants vulnérables

SOS Villages d’Enfants s’investit, en tant qu’ONG internationale, pour les enfants qui grandissent sans soins parentaux et les enfants issus de familles ‘à risques’. Il s’agit d’enfants qui, pour différentes raisons, ne grandissent pas auprès de leurs parents ou d’enfants dont les parents ne répondent pas aux besoins physiques et émotionnels fondamentaux de leur enfant. L’ONG souhaite utiliser les résultats de cette nouvelle étude pour lancer un appel dans le cadre de la Fête des mères.

 

« Dans le monde, un enfant sur dix grandit sans l’amour et les soins d’une famille. Nous voulons offrir à ces enfants un foyer chaleureux  afin qu’ils puissent grandir plus sereinement. Ce 13 mai, les personnes qui offriront à notre cause l'argent épargné sur des cadeaux de Fête des mères nous aideront à créer un environnement sain pour ces enfants, tandis qu'ils profiteront d'un moment chaleureux en famille. »

Hilde Boeykens, directrice de SOS Villages d’Enfants

 

« Ces dix dernières années, la ‘conscience sociale’ a progressé, avec notamment cette idée de partager avec d’autres le bonheur familial. Offrir un repas de fêtes aux sans-abris lors des fêtes de Noël, indiquer le numéro de compte d’une organisation caritative à la place d’une liste de naissance,... La Fête des mères est également une belle occasion de penser à d’autres enfants et à d’autres mamans qui ont moins de chance - car une joie partagée est une joie doublée. »

Hans Van Crombrugge, pédagogue
 

Pour renforcer cet appel, SOS Villages d’Enfants lance un webshop sur lequel vous pouvez acheter un ‘moment avec maman’ à la place d’un cadeau matériel.

220 millions d’enfants dans le monde grandissent sans l’amour et les soins d’une famille. Cela compromet sérieusement leur sécurité, leur développement et leur avenir. SOS Villages d’Enfants veille à ce que ces enfants grandissent dans un foyer chaleureux pour qu’ils puissent retrouver leur insouciance et devenir des adultes autonomes et responsables. SOS Villages d’Enfants est active dans 135 pays, dont la Belgique.

 

Karlien Collen PR consultant at Bepublic
Tom Moons Communication at SOS Villages d'Enfants