Greg Van Staey est le meilleur jeune peintre européen en 2017

Les acteurs internationaux du monde de l’art se bousculent à Anvers pour la remise du prix du jeune peintre européen

Vendredi 20 octobre 2017

  • Greg Van Staey a remporté le prestigieux KoMASK Master Salon Award

  • Le ministre flamand de la Culture a remis le prix au meilleur jeune peintre d’Europe

  • Les organisateurs sont à la recherche d’un plus grand espace, faute de quoi ils devront déménager à l’étranger

                                                                              ***

Les Master Salon Awards sont à la peinture ce que le concours Reine Elisabeth est à la musique classique. Le concours, une initiative de la Koninklijke Maatschappij ter Aanmoediging der Schone Kunsten (KoMASK), célèbre les jeunes artistes-peintres à l’échelle internationale, et est considéré comme un véritable tremplin pour ces jeunes talents. Hier soir, un jury de six experts internationaux en provenance d’Irlande, d’Allemagne, de Russie, du Canada, de Belgique et des Pays-Bas a remis le prix du meilleur jeune peintre européen à Greg Van Staey, 23 ans et belge.  

Le lauréat a séduit le jury avec son oeuvre “Caught in the dark”, une étude agrandie et réaliste d’un insecte. Le jury s’est dit unanime quant à l’originalité du travail et a apprécié le traitement graphique osé d’un sujet plutôt banal. Semyon Mikhaylovsky, membre du jury et recteur de l’académie de Saint-Pétersbourg, a déjà invité Greg Van Staey à exposer, en solo, son oeuvre en 2018. Il disposera d’un an pour réaliser de nouvelles oeuvres qui seront ensuite exposées à Saint-Pétersbourg.   

A noter que l’année dernière, le prix avait déjà été remporté par une artiste belge, la Gantoise Jolijn Baeckelandt, qui avait séduit le jury avec un travail cartoonesque centré sur le thème de “l’individu au sein de la masse” et “l’impuissance de l’individu”. Le titre lui fut plus qu'utile: elle a quitté Gand pour Anvers, où elle dispose désormais de son propre atelier. 


Intérêt grandissant des académies européennes
Cette année, ce sont pas moins de 39 candidats qui furent sélectionnés par des académies pour participer au concours organisé par KoMASK. Là où, en 2016, on en comptait seulement 26. 

“Un nombre toujours plus grand d’académies et écoles d’art européennes participent aux Master Salon Awards. Outre les Académies royales d’Anvers, Gand, Liège, Bruxelles, La Haye, Helsinki et Stockholm, des institutions installées à Rome, Madrid, Berlin et Copenhague ont proposé les travaux de leurs étudiants. De quoi expliquer le nombre croissant de candidats sélectionnés, qui présentent ensemble un solide catalogue d’oeuvres. Le prochain Van Gogh, Ensor ou Magritte pourrait très bien émerger de ce groupe de peintres.”
Bart’d Eyckermans, président de KoMASK

 

Un rendez-vous incontournable pour les jeunes talents
A la clé pour le gagnant : une récompense fixe de 5.000 euros. KoMASK offre également au lauréat d’acheter l’oeuvre primée pour 3.000 euros. Le ministre flamand de la Culture, Sven Gatz, était présent hier soir pour remettre le prix en mains propres.

 "Le soutien aux jeunes artistes fait partie intégrante de notre politique culturelle. Raison pour laquelle je soutiens volontiers ce projet. La ville d’Anvers devient, grâce à KoMASK et ses Master Salon Awards, la Mecque des jeunes talents internationaux dans les arts visuels. Pour un petit pays comme le nôtre, il y a vraiment de quoi être fiers.” 
Sven Gatz, ministre flamand de la Culture

L’intérêt croissant des académies internationales pour les KoMASK awards est évidemment flatteur, mais place également l’ASBL anversoise face à de nouveaux défis. La salle d’exposition actuellement utilisée - la Lange Zaal dans la Venusstraat à Anvers- est désormais trop petite que pour pouvoir exposer tous les travaux des candidats sélectionnés.

“A cause de cet espace restreint, nous avons dû nous limiter à l’exposition de deux oeuvres par artiste sélectionné, alors que nous pouvions encore en exposer quatre pour chaque candidat l’an dernier.  Si l’on souhaite offrir une image représentative de ces jeunes talents, il devient réellement nécessaire d’organiser l’exposition dans une salle plus grande.”
Bart'd Eyckermans, président de KoMASK

KoMASK se mettra donc, l’an prochain, à la recherche d’une salle d’exposition plus spacieuse. Reste à régler la question du coût, dans la mesure où l’ASBL ne s’appuie que sur ses sponsors.

 

La menace d’un déménagement à l’étranger
Si KoMASK ne parvient pas à trouver un lieu adapté en Belgique, un déménagement à l’étranger reste une option. Les villes de Pékin en Chine et Saint-Pétersbourg en Russie ont déjà marqué leur intérêt et souhaiteraient accueillir le Master Salon Painting. 

“Nous nous concentrons en priorité sur Anvers. Cela fait déjà quatre ans que la crème des académies européennes y exposent leurs oeuvres, et leur intérêt ne fait, en plus, que grandir. Il serait tout de même dommage qu’un autre pays profite du succès que nous enregistrons avec ce projet, simplement parce que nous ne disposons pas du lieu adéquat, ou de moyens financiers suffisants.”
Bart'd Eyckermans, président de KoMASK

KoMASK lance donc un appel afin de trouver un espace d’exposition plus grand à Anvers. Tant la remise de prix que l’exposition des oeuvres doivent encore pouvoir avoir lieu à Anvers l’année prochaine, affirme l’organisateur Bart’d Eyckermans.  

 

Les oeuvres des 39 candidats peuvent encore être admirées jusqu’au 31 octobre dans la “Lange Zaal” de l’Académie Royale des Beaux-Arts d’Anvers.  

'Caught in the dark', Greg Van Staey
Greg Van Staey avec le président de KoMASK Bart'd Eyckermans
Le ministre flamand de la Culture, Sven Gatz, était présent pour remettre le prix
'Where is your girl', Jesus Crespo, honorable mention
'Fruit Punch', Jesus Crespo, honorable mention
'Tracee', Charlotte Flamand, honorable mention
'La fille qui regarde', Charlotte Flamand, honorable mention